Protéger son système immunitaire avant l’hiver

L’automne nous invite à la contemplation. La luminosité diminue et, avec elle, notre envie de sociabilité. Nous sommes plus disposés à nous occuper de nous, de notre cocon familial. En cette saison, nous tombons doucement vers nos besoins de ressourcements internes.

Pourquoi sommes-nous tant sujets aux changements de saison ? Même si nous avons perdu beaucoup de nos capacités d’adaptation au fil des siècles d’évolution, nous restons des animaux saisonniers, soumis aux cycles naturels. Nous avons cependant tendance à l’oublier, forçant sur notre organisme pour faire face au stress à un rythme effréné, comme beaucoup d’occidentaux. Si nous poussons trop notre corps, des déséquilibres peuvent se former et mettre notre système immunitaire à rude épreuve. Ce grand protecteur de notre organisme a parfois besoin d’un petit coup de main en cette saison.

Chouchouter son assiette

Selon Hippocrate, le père de la médecine moderne, « Toutes les maladies commencent dans l’intestin ». En effet, notre système digestif étant en contact avec l’extérieur de notre corps (via l’alimentation et tout ce qui entre en contact avec la bouche), il est susceptible de capter des agents pathogènes responsables de petites maladies saisonnières. Les intestins, en plus d’être le lieu de l’assimilation des aliments, deviennent alors le lieu de passage des maladies dans notre corps. Notre immunité commence donc bien dans nos intestins et il est donc plus que temps de chouchouter nos assiettes.

Une alimentation vivante, riche en vitamines et minéraux, nous permettra de pallier aux besoins de notre organisme. Fruits et légumes crus ou très peu cuits (pour préserver la qualité des nutriments), graines germées (véritable boost de vitamines et minéraux), produits de la ruche (miel, pollen, gelée royale, propolis), aliments lactofermentés (une bonne flore intestinale nous protège des agents pathogènes), curcuma (sous forme de lait d’or par exemple), sont autant d’aliments que nous pouvons privilégier pour préserver notre système immunitaire.

Soigner son sommeil

Dans la merveilleuse saison qu’est l’automne, les journées sont de plus en plus courtes, une amitié que nous fait la nature pour nous habituer peu à peu aux sombres et nécessaires journées d’hiver. Lorsqu’on est attentif au language de son corps, on peut l’entendre nous murmurer son besoin grandissant de sommeil durant cette saison. Le lit nous appelle plus tôt le soir, et c’est essentiel d’être à l’écoute. Notre organisme a besoin de beaucoup plus de sommeil en automne et, plus tard en hiver. Ce sont ces temps de récupération essentiels qui lui permettent de se régénérer et de fortifier sa précieuse immunité. Alors, en cette saison, pas de culpabilité : on fait comme mamie et on file sous la couette !

Ménager ses nerfs

Notre corps, dans son infinie intelligence, nous aide à faire face à des situations inhabituelles. Pour s’adapter, il a donc créé un mécanisme élaboré que nous connaissons bien sous le nom de stress. Ce système va mettre en place la production d’hormones pour faire face à des événements inattendus. Malheureusement, lorsque le stress devient récurrent, les hormones délivrées dans l’organisme provoquent un épuisement du système immunitaire (notamment l’hormone du cortisol). Ménager nos nerfs en réduisant notre stress devient donc primordial lorsque nous parlons de renforcement de l’immunité. Exercices de respiration, de méditation, sophrologie, exercices physiques comme la marche, le yoga, la natation sont autant de pratiques à tester pour réduire son stress. J’aime beaucoup l’idée de se donner rendez-vous avec soi-même, comme on le ferait pour n’importe quel rendez-vous médical… À nos agendas : chaque semaine, offrons-nous une heure d’activité détente, rien que pour nous! Pour ceux qui manquent de temps, le simple fait de prendre le temps de se réveiller en douceur le matin par une dizaine de minutes de relaxation, méditation ou respiration consciente permet de commencer la journée du bon pied.

Faire appel au savoir ancestral des plantes

En naturopathie, nous nous appuyons sur les connaissances empiriques et ancestrales de nos prédécesseurs. Les informations précieuses qu’ils ont recueillies sur les qualités des plantes nous aident à trouver l’équilibre tant recherché. Ils considéraient notamment que l’échinacée serait une grande protectrice des fonctions immunitaires. Elle permettrait non seulement d’augmenter le nombre de globules blancs mais également de stimuler l’activité des macrophages. Le cyprès, quant à lui, est considéré comme un grand anti-viral, ce qui fait de lui un allié précieux dans les saisons les plus froides. Et comme il nous faut bien une petite tisane pour accompagner notre bouillotte et notre bouquin sous notre plaid, le thym se révèle être un excellent anti-infectieux !

Du côté des huiles essentielles, le Ravintsara est définitivement la star de l’hiver grâce à son action puissante de stimulation du système immunitaire. Les huiles essentielles de pin sylvestre, d’eucalyptus radié et de niaouli sont, quant à elles, de grandes anti-bactériennes, stimulantes du système immunitaire et décongestionnantes du système respiratoire. Les propriétés de certaines huiles essentielles étant parfois proches, il est important de se faire confiance. Les odeurs nous appellent souvent pour des raisons qui nous sont propres, notre cerveau détecte qu’une huile nous sera plus profitable qu’une autre. Il est idéal de prendre le temps de découvrir chaque huile en se laissant guider par les odeurs…

Par mesure de précaution, diluer toujours vos huiles essentielles dans de l’huile végétale avant de les utiliser sur la peau ou en interne (à raison d’environ 2 gouttes d’huile essentielle pour 1 cuillère à café d’huile végétale). Sous cette forme, les plantes sont de puissants outils, il n’est jamais anodin d’en utiliser. Les huiles essentielles sont déconseillées pour les enfants de moins de 7 ans, les femmes enceintes ou allaitantes, et les personnes souffrant de pathologies chroniques. Pour les mêmes bienfaits tout en douceur, nous pouvons penser aux hydrolats de plantes.