« C’est dans ta tête ! »

Vous la connaissez cette phrase exaspérante, répétée aux couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfant ?

Il est souvent suggéré à des couples, et notamment à des femmes, de prendre du recul dans leur démarche de conception quand celle-ci à tendance à tarder. De « prendre des vacances » ou encore de « moins y penser » (comme si c’était possible !).

La démarche, déjà difficile et éprouvante, devient alors culpabilisante. « Et si c’était ma faute ? »

Les verrous du corps

En commençant un parcours de PMA, beaucoup d’espoirs se concentrent sur les examens médicaux et le parcours qui nous attend.

Lors d’une infertilité, le couple, et plus intensément, la femme, pourra remettre son corps à la science. Des examens, parfois intrusifs et douloureux, sont alors nécessaires pour découvrir la cause de l’infertilité, ou pour avancer dans un parcours de PMA. Ces examens, plus ou moins bien vécus selon les couples, sont pourtant souvent plus acceptés à leurs yeux que l’idée d’aller explorer leur inconscient et les possibles verrous sous-jacents de la fertilité.

Les recherches et les études nous démontrent de plus en plus le lien étroit entre notre corps et nos émotions. Alors, pourquoi sommes-nous donc si frileux(ses) à rechercher d’autres causes possibles dans les cas d’infertilité ?

Alors, est-ce que c’est vraiment dans la tête ?

Loin de déculpabiliser, le fait que ce soit « dans la tête » véhicule l’idée que dans le couple, l’un ou l’autre est responsable de cette situation d’infertilité. Alors, je préfère vous arrêter tout de suite, personne n’est « responsable » de cette situation. L’infertilité, expliquée ou non, est un phénomène qui prend en compte beaucoup de facteurs différents (médicaux ou non).

Cependant, notre corps n’est pas une simple machine modulable à volonté. Il essaie, en collaboration avec notre mental, nos émotions, notre vécu, de toujours revenir à un équilibre. Cet équilibre est propre à chacun-e, et il s’est construit d’année en année, s’alimentant des expériences vécues.

Et dans certains cas, cet équilibre, individuel et de couple, peut être fragilisé par l’arrivée d’un enfant. Notre inconscient, dans son souhait de nous protéger quoi qu’il arrive, verrouille donc l’accès à la parentalité. Ces blocages peuvent nous être transmis de génération en génération (voir l’article dédié ici), être le résultat d’une peur de devenir le parent que nous avons jadis eu ou de transmettre ses propres « casseroles ».

Il y a autant d’explications que d’indivus.

Comment changer les choses ?
  • En avoir envie

C’est uniquement en faisant des changements que l’on peut changer une situation. Alors pour déverrouiller les blocages, s’il y en a, il faut avant tout en avoir envie. Cette démarche ne peut venir que d’une décision personnelle. Je vous garantie que l’on avance beaucoup plus vite lorsque l’on commence ce parcours avec enthousiasme et l’envie de changer vraiment.

  • Prendre du recul sur la situation familiale

Devenir parent, c’est avant tout faire de nouveau face à l’enfant que nous étions et aux parents que nous avons eus. La petite fille ou le petit garçon que vous étiez a-t-il eu la place qu’il souhaitait ? Quels modèles de la maternité ou de la paternité a-t-il eu ? Que pense-t-on de la parentalité ou des enfants dans la famille ou dans la généalogie ?

En commençant à vous interroger, et à interroger vos proches, vous déclenchez le processus et vous avancez dans la bonne direction.

  • Garder votre esprit super ouvert

Les verrous de la fertilité ne sont parfois pas ceux auxquels on pense… et parfois plusieurs peuvent s’additionner ! Alors pour leur dire adieu et avancer, il faut le faire à votre rythme et en gardant un esprit grand ouvert.

  • Être soutenue

Pour avancer en toute confiance, il est important que vous vous sentiez soutenue. Le travail à faire n’est pas seulement de mettre le doigt sur ce qui vous empêche d’être mère pour le moment, c’est également de vous en libérer. Et pour cela, une personne extérieure a souvent plus de recul et de techniques.

Alors, prête à faire le grand saut ?

Vous avez un projet d’enfant mais votre grossesse tarde à arriver. Vous avez l’intime conviction qu’il y a quelque chose à changer au lieu de choisir la seule voie médicale qui semble s’offrir à vous. Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir l’accompagnement Fertilité et Puissance de Création.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s